Outside Story III : Le Grand Amour d'Athéna

Vos impressions sur l'oeuvre culte de M.Kurumada.

Modérateur: Garde rapprochée du Grand Pope

Outside Story III : Le Grand Amour d'Athéna

Messagepar O'neill » Ven Mai 28, 2010 4:39 pm

Les Outside Stories sont des histoires officielles parues dans les Jump Gold 1, 2 et 3. Elles ont été créées spécialement pour compléter la série TV.

Image Image Image

La première histoire se situe entre la réssurection d'Ikki et le combat contre les Silver Saints.
La seconde Outside Story se déroule 13 ans avant la Bataille du Sanctuaire.
La dernière se passe immédiatement après la fin de la Bataille du Sanctuaire et annonce le chapitre Asgard.


Outside Story III : Le Grand Amour d'Athéna
Ecrite par Yoshiyuki Suga et illustrée par Shingo Araki et Michi Himeno

Chapitre 1 :
Spoiler: Afficher
Ex-Flooder a écrit:Les douze flammes qui marquaient l’écoulement du temps sur la tour de l'horloge au centre du Sanctuaire étaient déjà éteintes. La splendeur d'innombrables étoiles illuminait doucement le ciel nocturne. Les jeunes chevaliers, qui pour la première fois dans l’histoire, avaient défié le Sanctuaire lors de la grande bataille des Douze Maisons, soulageaient leurs blessures.

La cruelle bataille, qui avait duré plus de 12 heures, était arrivée à son terme.

Alors que les chevaliers d'Or survivants soignaient Shiryu et leurs compagnons, Saori continuait à embrasser Seiya et à le serrer contre sa poitrine. Bien qu’il entendit qu’on l’appelait, Seiya n’avait plus assez de forces pour répondre. La princesse ne pouvait réprimer les larmes qui glissaient sur ses joues. Elle continuait à appeler Pégase du fond de son cœur.

Image

- Seiya...
Combien de fois avait-elle prononcé ce nom ?
À l'époque où Saori était une enfant capricieuse et égoïste, avant qu'elle ne comprenne son destin de réincarnation d'Athéna, Seiya était le seul qui l’affrontait ouvertement.

Seiya, qui avait été séparé de sa sœur, son seul parent dans ce monde, avait été désigné comme candidat au titre de chevalier et obligé de subir une formation très dure. Il avait cherché de toutes ses forces le moyen d'épancher sa rage et sa frustration sur Saori, comme quelqu'un, qui, se sentant comme un jouet abandonné au vent, haïssait son destin et ne donnait plus aucune valeur aux choses.

Déjà depuis son enfance, Saori avait compris une chose :
- Seiya et moi avons une destinée commune...
En tant que seule héritière de la fondation, Saori semblait avoir une vie sans privation, mais en réalité, elle n'avait personne à qui se confier : elle était seule. Malgré le nombre de domestiques et d'aspirants chevaliers autour d’elle, elle n'était pas heureuse.

Saori sentait que tous s'inclinaient non pas face à elle, mais face à la présidente de la Fondation Graad. Elle semblait solitaire, impatiente, instable... et lorsqu'elle voyait son reflet dans les yeux de Seiya, elle comprenait combien ils étaient semblables. Ainsi, lorsqu'elle tourmentait Seiya, des voix criaient dans les profondeurs de son âme.
- Seiya, dis-moi, que dois-je faire maintenant ?
- Qu'en sera-t-il de moi ?


Durant six ans, Seiya et ses compagnons avaient été dispersés dans le monde entier pour obtenir leurs armures. Après avoir subi de nombreuses souffrances, ils étaient revenus au Japon pour s’affronter lors du tournoi intergalactique. Athéna avait agi comme ces reines devant lesquelles s'agenouillaient les esclaves au temps de la Grèce Antique ; il n'y avait aucun doute qu'elle s'était comportée de cette manière avec Seiya et les autres.

Même lorsque Seiya mettait l'armure de Pégase et arborait le visage vigoureux et sûr de lui du chevalier qu'il était devenu, Saori ne voyait en lui que l'enfant du passé.

Le cosmos qu'Athéna avait réveillé à l'intérieur d'elle lui faisait clairement sentir que ce tournoi intergalactique ne serait qu'un simple prélude, et que dorénavant de nombreuses batailles impliqueraient Seiya et les autres chevaliers.

Dès lors, ils avaient vécu des temps tourmentés, et le froid entre Saori et eux avait quelque peu disparu. A chaque bataille, à chaque épreuve, à chaque obstacle franchi, la distance entre eux se réduisait de plus en plus.

Saori n’était plus Saori Kido, elle était maintenant Athéna... Seiya et les autres, comme tout Chevalier d'Athéna, s’étaient ralliés à la déesse et non à Saori . C’est pourquoi Saori voulait les protéger.

- Saori san ! Athéna ! Seiya !

Malgré toutes les batailles, le sourire de Seiya, capable de traverser les barrières du temps, l'ébahissait. Évidemment, Seiya ne l'offrait pas à Saori, mais à Athéna et au symbole de paix sur la Terre que la déesse représentait. Cependant, Saori était heureuse de réussir à répondre avec le cœur à ce sourire. Tout à coup, lorsque cette sensation de chaleur lui brûlait le cœur, elle cessait d'être Athéna et redevenait une fille normale.
De plus, maintenant qu'elle sentait contre sa poitrine la tête de Seiya blessé et épuisé, la douleur de la blessure provoquée par les flèches d'or du chevalier de la Flèche disparaissait. Elle désirait maintenant que les choses restent toujours ainsi, que les chevaliers n'aient plus à mener de dures batailles et à porter sur leurs épaules la responsabilité de la vie d'Athéna.

Elle leva les yeux, comme pour demander une réponse à la statue d'Athéna qui s'élevait devant elle. L'expression sur son visage était celle de la princesse Saori : une fille effrayée, comme un oiseau qui apprend à voler.

Un homme surveillait calmement Saori : Mû, le Chevalier d'Or du Bélier.



Chapitre 2 :
Spoiler: Afficher
Ex-Flooder a écrit:
Le lendemain matin, une vague de clameurs rompit le silence qui régnait sur le Sanctuaire. Cette clameur populaire montait pour saluer Athéna et célébrer son arrivée.

Du fait de la conspiration de Saga des Gémeaux, son visage était resté mystérieux, au point même que certains doutaient même de son existence. Dorénavant, la déesse se montrait devant eux dans toute sa splendeur et sa noblesse.

Tous les habitants du Sanctuaire se réjouissaient du résultat de la bataille et de la victoire de la justice, et priaient pour que la paix dure pour toujours.

Saori souhaitait la même chose...

Le Sanctuaire qui était un lieu dédié au maintien de la paix sur Terre s'était transformé en un champ de bataille où le sang de beaucoup d'amis avait coulé.

Les habitants du Sanctuaire ne percevaient aucun point obscur dans le sourire plein de force qu'Athéna leur retournait...
Excepté une personne...


A la périphérie du Sanctuaire, dans une forêt luxuriante, se trouvait un ancien petit temple que personne n'avait jamais remarqué. Ce lieu était connu comme "la Source d'Athéna", non pas parce que ci trouvait une splendide source, mais parce que l'air qui l'entourait depuis des milliers d'années avait la faculté d'anesthésier la peau en la refroidissant. Même au sein du Sanctuaire presque personne ne connaissait ce lieu, qui était comme un lieu de soin miraculeux pour les chevaliers. Seiya et ses compagnons agonisants à cause des graves blessures reçues lors de la bataille des douze Maisons avaient été transportés en ce lieu.

Dans cette sombre forêt, Saori marchait rapidement, sa robe blanche, presque transparente, voltigeant autour d'elle.

- Je savais que vous viendriez, Athéna.
Mû remarqua la peur, qui, l'espace d'un instant, traversa le visage de la jeune femme. La peur de quelqu’un qui se croit coupable d'un terrible crime, un sentiment qui n'était pas le propre d'Athéna.

- Certainement Mû... Etant la réincarnation d'Athéna, il est naturel que je m'inquiète de l'état de mes chevaliers, les chevaliers d'Athéna. En outre... c'est par ma faute qu'ils...
- Ils sont chevaliers, et c’est normal qu’ils se blessent au nom d'Athéna ou même meurent en son nom. Athéna doit être fière d'eux.

Mû lisait dans son cœur, et comprenait parfaitement que la jeune fille qui était là n'était pas Athéna, mais Saori Kido.

- Mais si je devais perdre Seiya... je...
Seulement, avec cette pensée, elle se montrait encore plus fragile que la légère tenue de soie qu'elle portait.

- S'il vous plaît, prenez-moi dans vos bras Mû...
- Il est impossible que l’amour d’Athéna porte sur un seul chevalier... L'amour d'Athéna doit être équivalent pour chaque chevalier.

Image

Saori avait la sensation de pouvoir entendre les gémissements et les faibles battements de cœur de Hyoga, de Shiryu, de Shun et d'Ikki, qui, avec Seiya, deumeuraient inconscients à la "Source d'Athéna". Ils essayaient de toutes leurs forces de faire brûler à nouveau la flamme de leur vie qui disparaissait.

Le cœur de Saori se serra en se rappelant les nombreux chevaliers qui étaient tombés et avaient versé leur sang pour Athéna.

Face à cette situation, Mû expliqua à Saori l'origine du nom du temple d'Athéna.

Dans les temps mythologiques, chaque fois qu'une guerre sacrée avait lieu, les chevaliers qui étaient mortellement blessés étaient emmenés dans ce temple. On disait que le poing des chevaliers pouvait déchirer l'air, et rompre le sol. De même, ceux qui portaient une armure de Bronze pouvaient lancer plus de 100 coups dépassant la vitesse du son. Les chevaliers d'Argent pouvaient lancer le double, voir même le triple de coups. Les légendaires chevaliers d'Or disaient pouvoir lancer plus de 100 millions de coups à la vitesse de la lumière.
Pour cette raison, leurs combats étaient quelque chose d’inimaginable, et ainsi, même les dommages qu'ils pouvaient recevoir ne pouvaient être insignifiants.

Beaucoup d’hommes blessés attendaient patiemment dans ce temple du Sanctuaire, qui était comme leur seconde maison, que la mort vienne les chercher.
Mais alors, dit la légende, une larme est tombée depuis les lointaines hauteurs de la statue d'Athéna. Une larme qui était comme un cosmos doré, capable de transformer un sec désert en une oasis verdoyante. Ce cosmos enveloppa le temple et ses alentours, et on raconte que les chevaliers guérirent de leurs blessures et eurent la vie sauve.

Saori, malgré la douleur, comprit bien ce que Mû avait voulu lui expliquer indirectement avec cette histoire. Lorsqu'on regardait le ciel, à travers les branches des arbres, on pouvait voir l'expression à la fois noble et douce de la statue d'Athéna.

- Je suis maintenant la réincarnation d'Athéna dans ces temps modernes, où vivent encore des forces maléfiques, si bien que nous aurons encore malheureusement beaucoup de batailles à livrer.

Mû ne regarda pas Saori directement, mais son regard demeura perdu dans le lointain, peut-être par respect, comme s'il était l’un des premiers à la reconnaître et la vénérer comme Athéna ; ou bien parce qu'un étrange pressentiment l'envahit lorsqu'il s'aperçut qu'un cosmos menaçant commençait à émaner de l'étoile polaire.

Finalement, Mû disparut entre les arbres. Peu après, Saori suivit le conseil de Mû et rentra au manoir des Kido...

- L'amour d'...Athéna...

Image

Contrairement à son cœur agité, la mer Egée, qu'elle contemplait depuis l'avion, brillait doucement dans des tons vert émeraude.


Chapitre 3 :
Spoiler: Afficher
Ex-Flooder a écrit:Saori avait quitté le Sanctuaire depuis plusieurs jours. Bien que l'automne soit déjà arrivé, au Sanctuaire, le temps demeurait doux et clément, comme si lui aussi célébrait l'arrivée d'Athéna.
Toutefois, pour une raison inconnue, ce matin-là, un fort vent glacial s'était levé. À la Source d'Athéna, Seiya et ses compagnons ne s'étaient toujours pas réveillés, bien que recevant tous les soins possibles, leurs âmes vacillaient à la frontière de la vie et de la mort. Cela signifiait-il que leurs corps, comme leurs armures, ne pourraient survivre à la Bataille des 12 Maisons ?

L'anxiété des chevaliers d'Or augmenta considérablement lorsque Mû leur appris que les armures de Pégase et de ses compagnons étaient mortes.


Cette nuit-là...

A la Source d'Athéna, les deux soldats de garde, baillant à l'unisson, s'ennuyaient en discutant de l'étrange froid qui régnait cette nuit. Tout à coup, ils furent ébranlés par un tremblement. Rapidement, avec attention, ils ouvrirent grand leurs yeux embués par le sommeil. Ils eurent juste le temps de crier
- Il y a quelqu'un ?
... et tombèrent tous les deux sans vie au sol, aux pieds de quatre ou cinq ombres masculines, qui, sans faire de bruit, s'introduirent dans le temple.

Comme s'ils chassaient sur leur terre natale, éternellement couverte de neige, les cinq ombres contrôlaient leur respiration et retenaient leur énergie pour tenter de localiser le cosmos de leurs proies.

Les cinq hommes traversèrent en courant les vastes couloirs, et arrivèrent sans la moindre hésitation face à la porte de la chambre à l'intérieur de laquelle les chevaliers de bronze se trouvaient. D'un puissant coup de pied, ils abattirent la porte, et trouvèrent à l'intérieur Seiya et ses compagnons allongés dans leurs lits.

- Quoi ?...

Un des cinq lits était vide...

- De simples visiteurs n'enfonceraient pas la porte comme ça, uniquement pour venir voir cinq personnes grièvement blessées !

Un des assassins tourna la tête, et distingua dans l'obscurité la figure spectrale d'un homme.

- Qu... Qui es-tu ?

- Hum... Tss... Une personne entrant au Sanctuaire comme un vulgaire voleur, qui ose me demander mon nom... Laisse-moi rire.

Privé de son énergie vitale et les joues creusées, mais néanmoins enveloppé d'un terrible air de colère, Phénix abandonna les ténèbres et se montra aux autres.

- Qui... qui est-ce ?

En réponse à la provocation lancée par Ikki, les assassins détruisirent la fenêtre et le poursuivirent en criant.


En conditions normales, Phénix aurait été capable de se libérer des ennemis d'un seul coup. Cependant, il avait réussi à se lever de son lit uniquement grâce à son instinct, qui avait perçu le cosmos des assassins qui s'approchaient. Il ne s'était pas tout à fait rétabli de ses blessures mortelles. Si le combat venait à durer, non seulement lui, mais aussi ses amis seraient victimes de ces inconnus.

- Ca, je ne le permettrai jamais !

Sans tenir compte de son corps blessé, Ikki commença à concentrer et à augmenter son cosmos. Il lança son attaque la plus puissante :
- Par les Ailes du Phénix !!!

C'était la première fois qu'ils voyaient une attaque aussi puissante utilisant le feu. Ils ouvrirent des yeux terrifiés, avant de s'écrouler inanimés au sol. Mais à ce moment, le corps d'Ikki fut pétrifié par quelque chose de complètement différent de la douleur due à ses blessures.

C'était un cosmos glacé, puissant et dégageant un immense instinct meurtrier, une aura incomparable avec celles des précédents assassins. L'ombre blanche, qui sortit de derrière un arbre, lança un coup à une vitesse imperceptible...

- Il s'est déplacé à la vitesse de la lumière, comme seuls les chevaliers d'Or savent le faire !! Son coup aussi a atteint la vitesse de la lumière !!

Ikki se figea en voyant arriver la puissante attaque gelée qui s'approchait de lui comme une lumière blanc-azur déchirant la nuit...

- Dans mon état je ne pourrai jamais l'esquiver...

En plus de cela, le chevalier du Phénix ne portait pas son armure, son corps était complètement à découvert.

Ikki, qui jusqu'alors n'avait jamais ressenti une quelconque peur de la mort, vit l'homme esquisser un malveillant sourire de triomphe, identique à celui avec lequel le dieu des morts reçoit les défunts.

- Frère...

Tout à coup, il eut la sensation d'entendre au loin la voix de son frère, mais il s'était déjà résigné à mourir et il n'y avait plus rien à faire. Il ferma les yeux et sentit le puissant cosmos de glace lui exploser de face. Cependant, il s'aperçut qu'il était enveloppé d'une intense énergie...

- Shaka !
Sans ouvrir les yeux, il vit que Shaka de la Vierge s'était mis devant lui, le protégeant ainsi de l'attaque glacée. À cette vision, l'ombre blanche disparut dans la nuit.

Grâce à l'emblème d'Odin figurant sur les armures des assassins vaincus, il était facile de deviner leurs origines. Ces hommes venaient du nord, c'était des guerriers d'Asgard.

- Mais pourquoi les guerriers d'Asgard... ?

Shaka aussi se le demandait. Si quelqu'un avait vraiment la prétention de s'emparer du Sanctuaire, c'était sans aucun doute le meilleur moment. La discorde interne, causée par la rébellion de Saga, avait été résolue, et tout le Sanctuaire se réunissait unanimement autour d'Athéna. Cependant, cela faisait peu de temps, les choses n'étaient pas totalement arrangées, et Seiya et leurs compagnons, qui avaient démontré pendant la bataille des douze Maisons une capacité supérieure à des chevaliers d'Or, agonisaient et constituaient des cibles faciles.

- Si je ne me trompe pas, murmura Shaka, ils vénèrent Odin, le Dieu d'Asgard, et leur prêtresse s’appelle Hilda. On dit que c’est une femme bienveillante, aimée et respectée de tous, même dans les pays voisins...
- Alors... pourquoi ?

Avant que Shaka n'ait le temps de finir ses mots, Ikki s'était approché de lui.
- Peu importe Odin et Hilda, nous ne pouvons pas nous permettre de les laisser faire ce qu'ils veulent, nous devons aller jusqu'à eux.
- Dans ton état actuel, il est impossible que tu puisses te mesurer aux légendaires Guerriers Divins d'Asgard. En outre, ton armure de Phénix, comme celle de tes compagnons, est entre la vie et la mort.
- Comment ?

Phénix ne put faire autrement qu'accepter les mots de Shaka. Il remarqua que l'armure d'Or de la Vierge était couverte de givre après avoir paré l'attaque glacée, alors que dans le passé même ses attaques les plus puissantes n’avaient pas été capables de lui infliger une simple égratignure.

- Cette ombre blanche... cet homme devait être un légendaire Guerrier Divin d'Asgard...

L'espace d'un instant, des profondeurs de son âme, Phénix eut la sensation de voir une étrange lueur provenir de l'étoile polaire et des sept étoiles de la Grande Ourse. Ce fut seulement plusieurs mois plus tard, que Phénix comprit que celui qui l'avait attaqué cette nuit-là était Bud d'Alcor, Guerrier Divin de l'étoile de Zêta.

Image
Avatar de l’utilisateur
O'neill
Colonel du Sanctuaire
Colonel du Sanctuaire
 
Messages: 3316
Âge: 38
Inscription: Sam Nov 21, 2009 9:22 pm
Localisation: Sur la Tori

Retourner vers L'oeuvre originale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron